Ce qui est interdit

  • S’amarrer sans autorisation.
  • Les balcons, bouts-dehors ou passerelles relevées débordant sur le quai,
  • S’amarrer sur la pendille en nylon plombé car elle n’est pas conçue pour cet usage
  • Fixer des appareils sur les quais (échelles d’accès, protections…) sauf autorisation de la Capitainerie.

Ce qui est obligatoire

Tous les bateaux, hormis les pneumatiques, doivent être équipés de taquets d’amarrage avant et arrière ainsi que de pare-battages.

Ce qu’il faut éviter

  • Les amarres réglées à une longueur définitive (surtout si elles sont courtes) car elles ne permettent pas de mollir l’arrière pour reprendre l’avant.
  • L’utilisation du polypropylène pour les aussières et les pare-battages, pour son peu de résistance au frottement et la mauvaise tenue des noeuds.
  • Capeler une aussière directement sur le bollard pour un amarrage permanent. Avec le marnage, la rugosité des quais et les efforts, l’usure serait rapide.
  • Laisser une amarre en tension en contact avec une pièce anguleuse (patte de l’ancre, chaumard inversé, support de passerelle, tête de vis…) pour les risques d’usure et de rupture.
  • Fixer les pare-battages sur les filières (ils peuvent être déposés sur le pont par vent violent).

Ce qui est conseillé

  • A quai, maintenir la chaînette et la pendille hors de l’eau pour éviter la fixation de salissures.
  • Maniller l’aussière avant pour, en position normale, garder la chaîne-fille entièrement immergée. La chaîne-fille sera ainsi préservée plus longtemps de l’oxydation.
  • Fixer les pare-battages sur taquet, base de chandelier ou rail de fargue. Rajouter un pare-battage ou deux sur le tableau arrière par sécurité.
  • En sortant, saisir son aussière avant par des demi-clefs sur la pendille nylon, elle sera plus rapidement saisie et évitera la manipulation de la chaîne-fille au retour.

Régler ses amarres

  • Amarres de pointe arrière : même longueur > bateau bien centré
  • Amarres croisées: même longueur > sur son poste
  • Eloignement : de 0,80 m à 2,50 m suivant la taille du bateau et la passerelle utilisée.
  • Tension de l’amarre de pointe avant :
    1. Petites unités : Amarrage courant : Pour une forte tension sur les amarres arrière, le bateau vient presque jusqu’au quai, mais sans toucher. Amarrage tout temps (hivernage, absence prolongée du propriétaire…) : Pour une très forte tension sur les amarres arrière, le bateau ne vient pas à moins de 0,50 m du quai.
    2. Unités supérieures à 12 mètres : Le poids du navire et l’utilisation de la passerelle nécessitent une tension importante et constante des amarres afin de limiter les mouvements du bateau. Pour cette raison, les postes de 22 mètres et 30 mètres sont équipés de deux chaines-filles.
  • Le bateau, une fois bien réglé sur son poste, repérer les amarres avec un bout de couleur ou fixer les tuyaux de protection avec un bout également.

Prendre un poste

  1. A vitesse très réduite : Une erreur d’appréciation à 1/4 noeud est un incident qui peut être amorti par un pare-battage (bien placé). La même erreur à 3 noeuds devient un accident.
  2. Par mauvais temps : Ne pas hésiter à prendre son poste l’avant au quai, pour éviter une manoeuvre hasardeuse en marche arrière. Si la place est située au vent d’un vent momentanément très violent, s’amarrer dans un endroit facilitant la manoeuvre (ex: le long d’un quai) et dès la fin du coup de vent, reprendre son poste habituel.